Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Paroisse

 

Le jeudi de 17h à 18h

en l'église st Martin st Roch de Pons

 

Le pape François nous encourage à « perdre son temps » devant le Seigneur

Ce que je préfère vraiment, c’est l’Adoration du soir, même quand je suis distrait, que je pense à autre chose, voire quand je sommeille dans ma prière. Entre sept et huit heures du soir, je me tiens devant le Saint Sacrement pour une heure d’adoration. En commentant le texte magnifique de saint Paul (Éphésiens 3, 14-21) que voici : « Je tombe à genoux devant le Père, de qui toute paternité au ciel et sur la terre tient son nom. Lui qui est si riche en gloire, qu’il vous donne la puissance de son Esprit, pour que se fortifie en vous l’homme intérieur. Que le Christ habite en vos cœurs par la foi ; restez enracinés dans l’amour, établis dans l’amour. Ainsi vous serez capables de comprendre avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur… Vous connaîtrez ce qui dépasse toute connaissance : l’amour du Christ. Alors vous serez comblés jusqu’à entrer dans toute la plénitude de Dieu. À Celui qui peut réaliser, par la puissance qu’il met à l’œuvre en nous, infiniment plus que nous ne pouvons demander ou même concevoir, gloire à Lui dans l’Église et dans le Christ Jésus pour toutes les générations dans les siècles des siècles. Amen »

« Finalement, même si cela semble évident, souvenons-nous que la sainteté est faite d’une ouverture habituelle à la transcendance, qui s’exprime dans la prière et dans l’adoration.

Le saint est une personne dotée d’un esprit de prière, qui a besoin de communiquer avec Dieu. C’est quelqu’un qui ne supporte pas d’être asphyxié dans l’immanence close de ce monde, et au milieu de ses efforts et de ses engagements, il soupire vers Dieu, il sort de lui-même dans la louange et élargit ses limites dans la contemplation du Seigneur. Je ne crois pas dans la sainteté sans prière, bien qu’il ne s’agisse pas nécessairement de longs moments ou de sentiments intenses. »

Gaudete et exsultate, n°147

"On n'a pas besoin de tant parler pour bien prier. On sait que le bon Dieu est là, dans le saint Tabernacle. On lui ouvre son cœur, on se complaît en sa présence. C'est la meilleure prière, celle-là" (St curé d'Ars)…

C’est le silence autour de toi... Fais silence en toi. Fais taire toutes les voix qui sont en toi, ne cours pas après les pensées inutiles. Tes problèmes, tes préoccupations, tes angoisses, ne les garde pas pour toi, mais offre-les à Jésus. Pendant ce temps d'adoration, occupe-toi de Lui et Lui prendra soin de toi, bien mieux que tu pourrais le faire toi-même.

Ne passe pas tout ce temps à te lamenter ou à demander seulement... Entre dans l'action de grâce, dans la reconnaissance. Au lieu de considérer ce qui te manque, rends grâce pour ce que tu es, pour ce que tu as. Rends grâce pour ce qui te sera donné demain ...

Tu es dans le silence, reste dans le silence ... Marie, Étoile du matin et Porte du Ciel, est auprès de toi sur ton chemin, elle t'indique la route et t'introduit dans la chambre du Roi.

Père Philippe Blanc, diocèse de Monaco

"Perdre son temps devant le Seigneur"

Proposition d'un temps d'Adoration

« Adorer, c'est se laisser regarder et aimer par Jésus. »

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (11, 28).

Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. »

Une foule immense de témoins est invisiblement présente à nos côtés. Nous ne les voyons pas, mais nous les entendons qui nous disent, à chacun et à chacune d'entre nous : « Viens, laisse-toi appeler par le Maître ! Il est là ! Il t'appelle (cf. Jn 11, 28) ! Il veut prendre ta vie et l'unir à la sienne. Laisse-toi saisir par Lui. Ne regarde plus tes blessures, regarde les siennes. Ne regarde pas ce qui te sépare encore de Lui et des autres ; regarde l'infinie distance qu'Il a abolie en prenant ta chair, en montant sur la Croix que Lui ont préparée les hommes et en se laissant mettre à mort pour te montrer son amour. Dans ses blessures, Il te prend ; dans ses blessures, Il te cache (...), ne te refuse pas à son Amour ! »

Benoît XVI à Lourdes le 14 septembre 2008

Temps de Silence

Prière : Tu m’as donné rendez-vous

Tu as quitté la maison de ton Père,

Pour venir partager nos misères.

Tu as quitté la maison de ta Mère,

Pour partir annoncer la Bonne Nouvelle.

Tu as quitté la splendeur de ton ciel,

Pour venir t'enfermer dans le tabernacle …

Tu quittes, sans quitter, car tu es partout, au ciel,

Sur terre et en tous lieux …

Mais ce soir tu es là, vraiment présent devant moi …

Ce soir, tu m'as donné rendez-vous,

Et je viens vers l'AMOUR, je viens vers mon bien-aimé …

Je viens vers mon DIEU qui m'appelle,

Je viens te confier mes peines et mes joies,

Te confier ceux que j'aime et ceux que tu veux que j'aime.

Je viens pour apprendre à aimer,

Je viens pour apprendre à prier.

Mon doux Jésus caché, je viens pour t'adorer !

Chant : Je viens vers Toi, Jésus

« Adorer, c'est ouvrir son cœur à Jésus. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (15, 9-12)

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie.

« Mes enfants très chers, Jésus veut que je vous dise encore combien il a d'amour pour chacun d'entre vous, au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. Je m'inquiète de ce que certains d'entre vous n'aient pas encore vraiment rencontré Jésus seul à seul : vous et Jésus seulement. Nous pouvons certes passer du temps à la chapelle, mais avez-vous perçu – avec les yeux de l'âme – avec quel amour il vous regarde ? Avez-vous vraiment fait connaissance avec Jésus vivant, non à partir de livres mais pour l'avoir hébergé dans votre cœur ? Avez-vous entendu ses mots d'amour ? Demandez-en la grâce : il a l'ardent désir de vous la donner... Il veut vous dire non seulement qu'il vous aime, mais davantage qu'il vous désire ardemment. Vous lui manquez quand vous ne vous approchez pas de lui. Il a soif de vous. (...)

Mes enfants, vous n'avez pas à être différents de ce que vous êtes dans la réalité pour que Jésus vous aime. Croyez simplement que vous lui êtes précieux. Apportez vos souffrances à ses pieds et ouvrez seulement votre cœur pour qu'il vous aime tels que vous êtes. Et lui fera le reste. »

Mère Teresa

Temps de Silence

Prière : Nous sommes là

Tu es là au milieu de nous, et personne ne te voit,

Tu es là au milieu de nous, et beaucoup n'y croient pas

Tu as pourtant dit que tes délices étaient d'être auprès de nous …

Quand jadis tu gravissais le chemin du Calvaire,

Tu pensais à nous, tu voyais chacun d'entre nous.

Aujourd'hui présent parmi nous, tu nous regardes, Seigneur,

Scrutant les cœurs pour y chercher Amour et consolation.

Tu gravis toujours le chemin du Calvaire

Quand tant de cœurs se détournent de toi …

Mais nous sommes là JESUS-SAUVEUR,

Viens dans notre cœur, nous t'accueillons,

Viens dans notre cœur, nous t'adorons,

Viens dans notre cœur, nous te consolerons.

Nous sommes là JESUS-SAUVEUR.

Chant : Jésus, me voici devant Toi

« Adorer, c'est se laisser toucher par Jésus. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (3, 20)

Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi.

« Voici que je me tiens à la porte et que je frappe. » C'est vrai ! Je me tiens à la porte de ton cœur, jour et nuit. Même quand tu ne m'écoutes pas, même quand tu doutes que ce puisse être moi, c'est moi qui suis là. J'attends le moindre petit signe de réponse de ta part, le plus léger murmure d'invitation, qui me permettra d'entrer en toi. Je veux que tu saches que chaque fois que tu m'inviteras, je vais réellement venir. Je serai toujours là, sans faute. Silencieux, invisible, je viens, mais avec l'infini pouvoir de mon amour. 

Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Je viens, assoiffé de te consoler, de te donner ma force, de te relever, de t'unir à moi, dans toutes mes blessures.

Je vais t'apporter ma lumière. Je viens écarter les ténèbres et tous les doutes de ton cœur. Je viens avec mon pouvoir capable de te porter toi-même et de porter tous tes fardeaux. Je viens avec ma grâce pour toucher ton cœur et transformer ta vie. Je viens avec ma paix, qui va apporter le calme et la sérénité à ton âme. Je te connais de part en part. Je connais tout de toi. Même les cheveux de ta tête, je les ai tous comptés. Rien de ta vie n'est sans importance à mes yeux. Je t'ai suivi à travers toutes ces années et je t'ai toujours aimé, même lorsque tu étais sur des chemins de traverse. Je connais chacun de tes problèmes. Je connais tes besoins et tes soucis.

Mère Teresa

Temps de Silence

Comme il fait bon te regarder

Seigneur mon Dieu et mon ami, comme il fait bon te regarder !

Quelle heureuse certitude : savoir que tu es là, que tu me vois et que tu m’écoutes !

Me voici devant toi pauvre et nu, ne pouvant te donner que mon regard : enveloppe-moi de ton intimité, revêts-moi de ta puissance !

Tu es devant moi comme la source de toute lumière et de toute vie ; en toi se trouve le foyer de tout amour.

Je te regarde sans te voir, mais tu me regardes avec une telle force que tu fais passer en moi les richesses de ton être.

Je ne rencontre pas tes yeux, mais tu rencontres mon cœur et tu le remplis de ta grâce divine.

Sans que je m’en aperçoive, tu me changes, tu me pénètres de tes pensées et de tes sentiments.  Tu m’élèves au niveau de ta sainteté.

Comme il fait bon te contempler, s’abandonner à toi, à ta présence envahissante, et se laisser refaire entièrement par toi !

J. Galot

Chant : N’aie pas peur, Laisse-toi regarder par le Christ

« Adorer, c'est unir son âme à celle de Jésus. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (17, 22-26)

Et je leur ai donné la gloire que vous m'avez donnée, afin qu'ils soient un, comme nous sommes un, moi en eux, et vous en moi, afin qu'ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que vous m'avez envoyé, et que vous les avez aimés comme vous m'avez aimé. Père, ceux que vous m'avez donnés, je veux que là où je suis, ils y soient avec moi, afin qu'ils voient la gloire que vous m'avez donnée, parce que vous m'avez aimé avant la création du monde. Père juste, le monde ne vous a pas connu, mais moi, je vous ai connu, et ceux-ci ont connu que c'est vous qui m'avez envoyé. Et je leur ai fait connaître votre nom, et je le leur ferai connaître, afin que l'amour dont vous m'avez aimé soit en eux, et que je sois moi aussi en eux."

Mon heure de ciel, c'est celle-ci, mon Jésus, c'est mon heure d'adoration ; l'heure pendant laquelle, agenouillé devant vous, nous nous regardons mutuellement ; l'heure où vous me bénissez tandis que je suis anéanti à vos pieds. (...) Je viens ici, mon Jésus, pour vous ouvrir mon cœur et vous découvrir mes misères, pour vous parler et pour écouter votre douce voix, pour vous prendre dans mes bras et vous presser contre mon cœur. Je viens vous raconter mes peines secrètes pendant cette adoration d'amour et pleurer avec vous et pour les mêmes causes. (...) Pendant cette heure, le monde n'existe plus pour moi : je n'ai plus ni parents, ni famille, ni amis, ni rien d'autre. Rien que vous et moi, mon Jésus Eucharistie ! Une seule chose, pendant ces minutes précieuses peut entrer dans mon cœur pour y accompagner l'amour, c'est la douleur : douleur de vous avoir offensé et si peu aimé, douleur de ne pouvoir travailler pour vous comme je le voudrais, douleur de voir tant d'âmes se perdre. Et la considération de votre amour, ô Jésus adoré, augmente encore cette douleur. (...)

C'est ici, Seigneur, que vous m'animez à suivre vos traces, à porter sans cesse la Croix. C'est ici que vous me fortifiez et que vous me pardonnez mes fautes ! C'est ici que vous me rappelez mes misères et m'enseignez le moyen d'y porter remède. C'est ici que vous m'entrouvrez votre cœur, asile assuré des coupables, lieu de repos pour les âmes fatiguées, fraîche oasis pour ceux qui traversent le désert du monde. Ô amoureux Jésus qui vivez en aimant, qui aimez en mourant, qui aimez éternellement !

Conchita Cabrera de Armida (Mexique, 19° s.)

Temps de Silence

Prière : Laisse-moi reposer sur ton coeur

Laisse-moi reposer sur ton cœur, mon bien aimé,

Comme ton petit Jean le soir de la Cène.

Laisse-moi reposer et écouter les battements de ton cœur.

Ton cœur bat vite, il est comme oppressé.

Ce soir tu vas nous quitter pour aller au-devant de ta passion et de ta mort.

Laisse-moi reposer et consoler ton cœur Seigneur,

Laisse-moi te suivre dans les heures tragiques

Que tu vas vivre pour accomplir la rédemption.

Laisse-moi reposer sur ton cœur pendant ta terrible flagellation.

Laisse-moi reposer sur ton cœur épuisé pendant ta montée au calvaire.

Laisse-moi reposer sur ton cœur mourant et transpercé.

Laisse mon cœur en recevoir tout l'Amour.

Ce soir Jésus, je t'adore et je te dis :

Mon bien aimé viens reposer dans mon cœur.

Chant : Mon Père, je m'abandonne à Toi

« Adorer, c'est contempler le Christ dans son offrande. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (6, 51)

En ce temps-là, Jésus disait à la foule : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi. »

Adorer le Christ, c'est accepter qu'il ne se passe rien, c'est accepter dans la foi que sa présence ne s'impose pas. C'est accepter de tenir quand je ne sens rien, c'est accepter de résister au désir de fuir, c'est accepter de tenir ma place simplement parce que je suis là non seulement en mon nom propre mais au nom de tous les hommes et toutes les femmes de la terre. Je suis devenu un intercesseur et je n'ai pas le droit de partir. L'adoration du Christ est d'abord un acte de foi, c'est un acte de silence.

Venir contempler l'Eucharistie, c'est venir contempler le Christ dans l'offrande qu'il fait de sa vie, c'est-à-dire dans l'acte suprême d'offrande à son Père, c'est-à-dire dans l'acte ultime d'amour pour les hommes. Que pourrions-nous éprouver d'autre qu'une joie très intense à reprendre conscience de cette communion étroite qui unit le Père et le Fils et à laquelle l'Esprit que nous avons reçu nous donne de participer ? Que pourrions-nous éprouver d'autre qu'une joie très intense à contempler le Christ livrant sa vie par amour pour nous ? Comment ne serions-nous pas confondus de joie devant cette révélation extraordinaire : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a envoyé son Fils pour le sauver. » ?

 

Mgr André Vingt-Trois, juin 2006

Temps de Silence

Prière : Jésus Hostie

JESUS HOSTIE, ouvre mon cœur à tes merveilles.

Ouvre mon cœur, aux richesses de ta grâce,

Ouvre mon cœur, aux tendresses de ton cœur,

Ouvre mon cœur, à la paix de ta présence,

Ouvre mon cœur, aux secrets de tes silences.

Apprends-moi les secrets de ton amour.

Apprends-moi la grandeur de ta miséricorde.

Apprends-moi à te dire "oui".

Apprends-moi à m'oublier pour les autres.

Donne-moi la joie dans la souffrance,

Donne-moi de savoir pardonner,

Donne-moi de savoir aimer,

Donne-moi le désir de t'adorer.

JESUS HOSTIE, mon âme a faim de toi,

JESUS HOSTIE, apaise ma faim,

JESUS HOSTIE, nourriture des âmes,

JESUS HOSTIE, que ton règne vienne. 

Chant : Tu fais ta demeure en nous

« Adorer, c'est contempler Jésus avec les yeux de Marie. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (19, 25-27)

Près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la sœur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils.» Puis il dit au disciple : « Voici ta mère.» Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

La Vierge très sainte est Maîtresse dans la contemplation du visage du Christ. (...) Par sa vie tout entière, Marie est une femme « eucharistique ». L'Eglise regardant Marie comme son modèle, est appelée à l'imiter aussi dans son rapport avec ce Mystère très saint. Si l'Eucharistie est un mystère de foi qui dépasse notre intelligence au point de nous obliger à l'abandon le plus pur à la parole de Dieu, nulle personne autant que Marie ne peut nous servir de soutien et de guide dans une telle démarche.

(...) Marie a exercé sa foi eucharistique avant même l'institution de l'Eucharistie, par le fait même qu'elle a offert son sein virginal pour l'incarnation du Verbe de Dieu. A l'Annonciation, Marie a conçu le Fils de Dieu dans la vérité même physique du corps et du sang, anticipant en elle ce qui dans une certaine mesure se réalise sacramentellement en tout croyant qui reçoit, sous les espèces du pain et du vin, le corps et le sang du Seigneur. Il existe donc une analogie profonde entre le 'fiat' par lequel Marie répond aux paroles de l'Ange et l''amen' que chaque fidèle prononce quand il reçoit le corps du Seigneur. A Marie, il fut demandé de croire que celui qu'elle concevait ‘par l'action de l'Esprit-Saint’ était le 'Fils de Dieu'. Dans la continuité avec la foi de la Vierge, il nous est demandé de croire que, dans le Mystère eucharistique, ce même Jésus, Fils de Dieu et Fils de Marie, se rend présent dans la totalité de son être humain et divin, sous les espèces du pain et du vin.

Jean-Paul II, Ecclesia de Eucharistia, ch VI

Temps de Silence

Prière : Donne-nous l’espérance

Me voici à tes pieds Seigneur, et je viens pour te porter ma peine.

Je viens déposer à tes pieds mon cœur lourd, je viens déposer mon fardeau…

La route est dure parfois, mais tu es là, heureusement, tu es là !

Pensons-nous assez à ta présence réelle parmi nous ?

Pensons-nous assez à venir te confier nos peines, à demander ton aide ?

Ce soir JESUS, je viens pour réparer ce manque de foi, de confiance.

Tu es tout, tu peux tout.

Donne-moi, donne-nous l'Espérance.

Tu es avec nous pour porter nos souffrances,

Comme jadis tu portais nos péchés.

Donne-nous l'Espérance, tout passe et le bonheur du ciel est éternel.

Seigneur Jésus, présent au milieu de nous,

Nous t'adorons.

Chant : Marie, témoin d’une espérance

« Adorer, c'est contempler Celui par qui tout a été fait. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (15, 13-17)

« Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître ; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. »

Seigneur Jésus, tu es là ! (...) Voici deux mille ans, tu as accepté de monter sur une Croix d'infamie pour ensuite ressusciter et demeurer à jamais avec nous tes frères, tes sœurs ! (...) Nous contemplons Celui qui, au cours de son repas pascal, a donné son Corps et son Sang à ses disciples, pour être avec eux « tous les jours, jusqu'à la fin du monde ». Nous adorons Celui qui est au principe et au terme de notre foi, Celui sans qui nous ne serions pas là ce soir, Celui sans qui nous ne serions pas du tout, Celui sans qui rien ne serait, rien, absolument rien ! Lui, par qui « tout a été fait », Lui en qui nous avons été créés, pour l'éternité, Lui qui nous a donné son propre Corps et son propre Sang, Il est là, ce soir, devant nous, offert à nos regards. Nous aimons - et nous cherchons à aimer davantage – Celui qui est là, devant nous, offert à nos regards, à nos questions peut-être, à notre amour.

L'Hostie Sainte exposée à nos yeux dit cette Puissance infinie de l'Amour manifestée sur la Croix glorieuse. L'Hostie Sainte nous dit l'incroyable abaissement de Celui qui s'est fait pauvre pour nous faire riches de Lui, Celui qui a accepté de tout perdre pour nous gagner à son Père. L'Hostie Sainte est le Sacrement vivant, efficace de la présence éternelle du Sauveur des hommes à son Église.

Benoît XVI Lourdes, septembre 2008

Temps de Silence

Prière : Nous ne voulons pas te quitter

Tu ne nous as pas quittés …

Tu es là comme tu l'as promis, bien vivant et présent au milieu de nous.

Et pour cet amour de ta présence réelle,

Seigneur, je te rends grâce, je te remercie.

C'est ton immense amour qui a fait ce miracle de demeurer présent parmi nous.

Jésus, ton amour t'empêchait de nous quitter…

Et ce soir, mon bien aimé, nous ne voulons pas te quitter.

Nous voulons rester prés de toi, à tes pieds,

Comme des petits-enfants prés de leur père bien aimé.

Jésus, nous t'aimons, nous sommes si bien avec toi

Que nous ne voulons pas te quitter…

Jésus, nous avons tant de paix à tes côtés, que nous ne voulons pas te quitter…

Jésus, nous avons tant de joie à être ensemble, entre amis,

Que nous ne voulons pas te quitter.

Sois mille fois bénit pour l'Amour, la Paix, la Joie que tu nous donnes.

Fais que nous ne te quittions jamais.

Chant : Nous te rendons grâce pour tant de tendresse !

Frères et sœurs, prions le Seigneur. 

Louez la bonté du Seigneur

Célébrez la douceur de son nom.

Contemplez son cœur transpercé

Abreuvez-vous à la source du salut

Dieu qui sait patienter et pardonner, tu accordes aux hommes et aux femmes des temps de grâce pour qu’ils apprennent à reconnaître en toi le créateur et le libérateur de tous. Aide-nous à saisir ce moment favorable : Qu’en nous laissant interpeller par ta Parole de paix, nous servions ton dessein de tout réconcilier dans le Christ.  Lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles.   Amen

 

Oraison (Jean-Paul II)

Jésus, Sauveur du monde, à l’heure de ta mort, sous le coup de lance, l’Eau et le Sang ont jailli, pour que tous les hommes, attirés à ton Cœur, viennent puiser avec joie aux sources du Salut.

L’Église, ton Épouse, née de ton côté transpercé, crie vers Toi.

Donne-lui en abondance l’Eau vive de l’Esprit et le Sang du sacrifice, pour qu’elle puisse, au cœur du monde, témoigner de la puissance vivifiante et transfigurante du Cœur de Dieu.

Amen.

Que la foi nous éclaire, Seigneur, et que l’amour nous brûle, afin que nous puissions adorer en esprit et en vérité celui que nous reconnaissons dans ce sacrement comme notre Seigneur et notre Dieu. Lui qui règne avec toi pour les siècles des siècles.     Amen.

"Perdre son temps devant le Seigneur"
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :