Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Paroisse

Bonne fête maman !
Bonne fête maman !Bonne fête maman !Bonne fête maman !

Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte dans l'océan.
Mais si cette goutte n'existait pas dans l'océan, elle manquerait.
Ne vous imaginez pas que l'Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire !

Mère Teresa

Bonne fête maman !
Bonne fête maman !

Prière pour la fête des mamans.

Seigneur, en ce jour de fête et de joie, nous voulons te rendre grâce,

te dire merci pour nos mères,

celles qui sont encore parmi nous et celles qui t’ont rejoint.

Oui, Seigneur, merci pour nos mères qui, les premières,

nous ont fait connaître ce que signifie aimer et être aimé.

 

Par leur amour, c’est ton amour qui se révèle à nous.

Par leur sourire, c’est ta joie qui nous rejoint.

Par leurs mots d’encouragement et de consolation,

c’est ta voix que nous entendons.

Seigneur, Tu as créé la maman avec un coeur semblable au tien.

 

Nous Te demandons de bénir la maman heureuse et bien entourée,

la maman oubliée, la maman violentée,

la maman rejetée, la maman adoptive,

la maman endeuillée, la maman malade, qui se prépare à aller te rejoindre.

 

Toi Seigneur qui peux tout par ton Esprit Saint,

prodigue-leur Ton Amour, Ta tendresse.

Mets dans leur coeur Ta Paix, Ta Joie,

et accorde aux mamans comblées de savoir consoler la maman oubliée.

Merci Seigneur pour les mères, les grands-mères et les futures mères.

Montre-leur Ta bonté en leur faisant vivre aujourd'hui la plus belle des journées.

Amen.

Bonne fête maman !

Bonne fête à toutes les mamans du monde

Aujourd’hui est un grand jour : on célèbre les mamans, tous les petits enfants ont préparé un compliment, et les grands ont acheté un joli cadeau, qu’il soit très cher ou de pacotille ce qui compte c’est la façon de le donner, et le plaisir de les voir ouvrir avec ravissement le merveilleux collier de nouilles, ou le tendre gribouillage de leurs chers bambins qui se dandinent pour réciter le poème appris en classe.

Un instant de bonheur d’innocence qui passe si vite, à peine le dos tourné nos chers bébés sont plus grands que nous, les cheveux dans les yeux, le pas nonchalant, il vous effleure la joue en marmonnant quelque chose comme  » ‘bon fet mam », les mains dans la poche de leurs jeans et l’ ipod sur les oreilles.

Et puis il y a les autres, les mamans sans enfant  ils sont loin, ils ont quitté le nid familial, ou alors sont partis pour toujours pour un voyage dont on ne revient pas, et chaque année cette jolie fête rend tristes  des milliers de femmes qui ont perdu un enfant, il ne faut pas les oublier, chaque année c’est l’absence qui les isole des autres femmes. Ce jour là elles sont seules avec leur douleur bien cachée au fond de leur coeur. Je les prends toutes dans mes bras celles que je connais et les inconnues et nous sommes soeurs dans la douleur.

En tant que blouse rose je rencontre beaucoup de malades ou des gens âgés qui n’ont pas de famille, elle est loin, ou alors la famille les a oublié, et ce jour là sur leur petit lit blanc  comme disait la chanson toutes ces mamans restent dans leur chambre pour pleurer  en silence, elles ne demandent pas grand-chose, un coup de fil, une carte, une visite, elles ne se plaignent pas mais dans leurs yeux c’est une détresse infinie qui les submerge.

Alors nous leur prenons la main, nous nous asseyons près d’elles, et nous faisons passer dans ce contact tout l’amour que l’on peut leur donner, un court instant, un sourire, quelques paroles sur leur vie d’avant, et le sourire revient sur leurs visages ridés et fatigués.

 Demain en recevant nos cadeaux, entourées de nos enfants chéris ayons toutes et tous une pensée pour ces femmes dans la solitude de leur destin. Formons un bref moment la grande famille des mamans du monde, il ya toujours autour de nous des femmes abandonnées avec des enfants à élever et je les salue avec respect car la tâche est difficile  et elles méritent toute notre admiration.

 Et puis il y a nos mamans pour ceux qui ont la chance de les avoir encore, il faut les chérir, les aimer, les remercier de ce beau cadeau  qu’elles  nous ont fait en nous donnant la vie. Merci Maman je t’aime.

Et à vous toutes mes amies ou lectrices fidèles je vous souhaite la plus belle journée de l’année entourée d’amour et d’attentions.

Auteur inconnu

Bonne fête maman !

"Maman, quelqu’un a besoin de toi ..."

« Depuis la naissance de notre fille, ses grands frères sont les premiers à m’avertir quand quelque chose ne va pas. Quand elle a rempli sa couche, qu’elle pleure, qu’elle hurle, ils viennent instantanément me voir.« Quelqu’un a besoin de toi », me disent-ils à chaque fois. Je ne sais pas comment cette petite phrase s’est retrouvée dans leur bouche, mais c’est en ces termes qu’ils ont pris l’habitude de me dire de venir m’occuper de ma petite fille.

Au début, cette phrase m’énervait au plus haut point. Je pourrais prendre une bonne douche bien relaxante, mais… « Maman, quelqu’un a besoin de toi. Le bébé est en train de pleurer. » Je pourrais m’asseoir sur le canapé pour souffler juste une minute, bien consciente que le bébé est en train de se réveiller de sa sieste… « Maman, quelqu’un a besoin de toi ! » D’accord ! C’est bon, j’arrive, donnez-moi juste une minute…

Le pire, c’est que les besoins de mon bébé ne sont rien en comparaison des besoins de deux petits garçons. Quelqu’un a toujours besoin d’une barre de céréales, d’un pansement, de chaussettes, de glaçons dans son verre, d’un nouveau jouet, d’un câlin, d’une histoire, d’un bisou. Cela n’en finit jamais, et cette routine, le fait que l’on ait en permanence « besoin de moi » est réellement épuisant à la longue. Et puis, un jour, d’un coup cela m’a frappé : ils ont besoin de MOI.  Personne d’autre que moi. Personne d’autre, dans le monde entier. Ils ont besoin de leur Maman.

Quand j’ai commencé à accepter le fait qu’être une Maman signifie que je dois être disponible à tout moment, j’ai commencé à retrouver une certaine paix intérieure, même dans cette période extrêmement mouvementée (et un peu folle, aussi) de ma vie. Maman est mon devoir, mon privilège et mon honneur. J’ai signé un contrat sans le savoir, celui d’être là à chaque fois que quelqu’un a besoin de moi, à toute heure du jour ou de la nuit. Maman, ça veut dire que je dois poser le bébé après l’avoir nourrie, au milieu de la nuit, parce qu’un petit garçon de 3 ans vient de faire un cauchemar. Maman, ça veut dire que je survis en me nourrissant de café et de restes de nourriture pour bébé. Maman, ça veut dire que je fais passer les besoins de mes enfants bien avant les miens, sans me poser de questions. Maman, ça veut dire que j’ai le corps plein de courbatures et le cœur plein d’amour.

Je sais qu’un jour viendra où plus personne n’aura besoin de moi. Je sais qu’un jour viendra où mes bébés seront partis depuis longtemps, bien occupés dans leurs vies respectives. Peut-être que je serais assise seule, dans une maison de retraite aux murs blanchis, et que je regarderais mon corps s’effacer peu à peu. Alors, plus personne n’aura besoin de moi. Peut-être même que je serais devenue un fardeau. Bien sûr, ils viendront me rendre visite, mais mes bras ne seront plus leur abri. Mes baisers ne seront plus leur réconfort. Il n’y aura plus de boue à enlever de leurs petites bottes, plus de ceintures à boucler. Je n’aurais plus d’histoire à leur raconter avant de dormir. Plus de sacs à remplir de goûters. Je suis sûre qu’alors, mon cœur vieillissant se souviendra avec nostalgie de ces petites voix qui disaient « Maman, quelqu’un a besoin de toi !».

Alors, pour l’instant, je trouve de la beauté dans cet instant, quand je lui donne le biberon à 4 heures du matin dans sa petite chambre douillette. Dehors, la neige tombe sans un bruit, et un lièvre fait sa trace sur cette toile parfaite, lisse et blanche. Il n’y a que moi et mon petit bébé, dehors tout est sombre et figé. Nous sommes les seules à être témoins du lever de la lune, pâle, qui fait danser les ombres dans la chambre. Elle et moi sommes les seules à entendre la chouette qui hulule au loin, dans les peupliers. Nous nous enfonçons dans les couvertures, et je la berce pour qu’elle se rendorme. Il est 4 h et je suis épuisée et frustrée, mais tout va bien, elle a besoin de moi. Rien que de moi.

Et peut-être que j’ai besoin d’elle, moi aussi. Parce qu’elle fait de moi une Maman. Un beau jour, elle dormira toute seule pendant toute la nuit. Un beau jour, je serais assise sur une chaise roulante, les bras vides, et je rêverais de ces nuits calmes, de la chouette qui hulule et de la petite chambre rose. Quand elle avait besoin de moi et que nous étions les seules personnes au monde.

Être une maman, c’est probablement le métier le plus dur que je n’aie jamais exercé. Dans une autre vie, j’étais chef de service dans un restaurant. Un service du samedi soir à 19 h 30, avec l’évier de la cuisine débordant de vaisselle, 2 heures d’attente en salle et une coupure de courant inexpliquée n’est même pas comparable à un mardi après-midi avec les enfants dans ma maison. Et je peux vous assurer que les clients que j’avais étaient du genre très difficile à satisfaire… Mais c’est du gâteau, si vous comparez cela à des gamins affamés qui n’ont pas assez dormi.

Il était une fois… J’avais le temps. Pour moi-même. À présent, mes orteils ont besoin d’amour. Mon soutien-gorge tient en place un peu différemment. Mon fer à lisser ne marche peut-être même plus, je n’en ai aucune idée. Je ne peux pas prendre une douche tranquille, ni avoir aucune intimité. J’ai commencé à utiliser de la crème pour les rides. On ne me demande plus ma carte d’identité à l’entrée des bars. Je suis Maman, et quelqu’un a besoin de moi. Même maintenant, quelqu’un a peut-être besoin de moi.

La nuit dernière aussi, quelqu’un avait besoin de moi…

A 3 h du matin, j’ai entendu le bruit des petits pas qui entraient dans ma chambre. Je suis restée allongée sans bouger, retenant mon souffle. Peut-être qu’il va abandonner et retourner dans sa chambre. Oui, c’est ça.

« Maman. »                                                                                      

« Maman. » Un peu plus fort.

« Oui ». J’ai murmuré à peine.

Sa petite voix a marqué une pause, ses yeux gigantesques brillant dans la pénombre.

« Je t’aime. »

Et juste comme ça, il est parti. Il est retourné dans sa chambre, sur la pointe des pieds. Mais ses mots sont restés accrochés dans la fraîcheur du soir. Si j’avais pu tendre la main et les attraper, je les aurais pris ses mots et je les aurais serrés fort contre ma poitrine. Sa petite voix douce murmurant la plus belle phrase du monde. « Maman, je t’aime. » Un sourire s’enroule sur mes lèvres et j’expire doucement, j’ai presque peur en soufflant de faire partir le souvenir de ces paroles qui flottent encore dans les airs. Je me rendors, et je laisse ces mots s’installer au fond de mon cœur.

Un jour, ce petit garçon sera un homme, grand et fort. Il n’y aura plus de petits mots doux murmurés au creux de la nuit. Juste le vrombissement du réfrigérateur, et les ronflements de mon mari. Je dormirai en paix, sans craindre d’être réveillée, sans avoir peur que mon bébé soit malade ou bien qu’un enfant se mette à pleurer. Tout cela ne sera plus qu’un souvenir. Ces années ou quelqu’un a besoin de moi, elles sont épuisantes mais elles passent à une vitesse folle.

C’est pourquoi j’ai arrêté de rêver au fait qu’« un jour, les choses seront plus faciles ». Parce que la vérité, c’est que ce sera peut-être plus facile, mais ce ne sera jamais aussi bien, aussi beau qu’aujourd’hui. Aujourd’hui, je suis couverte de morve et de bave de bébé. Aujourd’hui, des petits bras potelés se blottissent contre mon cou en me chatouillant un peu. Aujourd’hui est un miracle. « Un jour », je pourrais prendre des douches seules et faire des pédicures. « Un jour », j’aurais tout le temps libre que je voudrais. Mais aujourd’hui, je me donne, et je suis épuisée, et sale, et je suis TELLEMENT aimée, et je dois vous laisser. Quelqu’un a besoin de moi. »

Megan Minnerman Morton

Bonne fête maman !

u Ciel, un enfant qui est sur le point de venir au monde, demande à Dieu :

« On m'a dit que vous m'envoyez sur la Terre demain, mais comment est-ce que je vais vivre là, étant si petit et sans défense? »

Dieu répond : « Parmi tous les anges, j'en ai choisi un pour toi. Ton ange t'attendra et prendra bien soin de toi. »

L'enfant dit : « Mais, dites-moi, ici au Ciel, je n'ai rien à faire que de chanter et de rire pour être heureux. »

Dieu dit : « Ton ange chantera pour toi et sourira aussi pour toi tous les jours. Tu sentiras aussi l'amour de ton ange et tu seras très heureux. »

L'enfant demande : « Comment serai-je capable de comprendre quand les gens me parleront, si je ne connais pas leur langage ? »

Dieu dit : « Ton ange te dira les plus beaux et les plus tendres mots que tu n'entendras jamais et, avec patiente et attention, ton ange te montrera à parler. »

L'enfant : « Et qu'est-ce je ferai quand je voudrai vous parler ? »

Dieu : « Ton ange placera tes mains ensemble et il te montrera comment prier. »

L'enfant : « J'ai entendu dire que sur la Terre, il y a des gens méchants. Qui me protègera ? »

Dieu : « Ton ange te défendra, même au risque de sa propre vie. »

L'enfant : « Mais je vais être triste de ne plus vous voir. »

Dieu : « Ton ange te parlera de moi et il te montrera la façon de revenir. Et je serai toujours là, à tes côtés. »

À ce moment-là, c'était très calme au ciel, mais des voix venant de la Terre pouvaient être entendues.

L'enfant demanda : « Dieu, si je dois partir maintenant, s.v.p. dites-moi le nom de mon ange. »

Dieu répondit : « Son nom n'est pas important, tu l'appelleras tout simplement MAMAN. »

Bonne fête maman !

C’est la Fête des Mères, ces femmes choisies par Dieu et qui nous donnent Vie. La mienne est partie, jeune pour rejoindre la Tendre Lumière. J’ai construit mon existence à la fois dans sa mémoire et surtout, la rencontre de témoins qui sont devenus exemples pour moi.

Je m’unis à tous ceux et celles qui n’auront rien à offrir, ce jour là, sinon quelques souvenirs qui les hantent. La mort des autres est toujours une perle de cristal qui ressemble à quelques larmes.

Le plus grand Hommage que nous puissions rendre à nos mamans, c’est d’Aimer la Vie, toute la Vie même avec ses blessures. Aimons nos parents tant qu’ils sont vivants après, ce sera beaucoup trop tard. Les regrets sont des gestes d’Amour que nous n’avons pas commis. Je ne regrette rien, ma mère est Vivante pour Toujours et à Jamais !

Bonnes Fêtes à toutes les mères dont le sang coule dans nos veines comme une appartenance certaine, une source d’Amour aux éclats du soleil de notre Vie !

Bruno Leroy

Bonne fête maman !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :